La FRMA plongée dans un scandale de dopage

0
60

Abdeslam Ahizoune, président de la Fédération royale marocaine d’athlétisme.

La Fédération française d’athlétisme a décidé d’annuler un stage à Ifrane, soupçonnée d’être une plaque tournante du dopage. Détails

L’affaire Calvin, qui secoue l’Athlétisme français, a démarré le 27 mars, lorsque Clémence Calvin, vice-championne d’Europe de marathon, s’est soustraite à un contrôle antidopage inopiné à Marrakech. Elle a ensuite disparu des radars avant de regagner la France, hier. 

Conséquence? La Fédération française d’Athlétisme a purement et simplement décidé d’annuler un stage prévu à Ifrane, lieu habituellement privilégié par les athlètes français car situé en altitude à plus de 1600 mètres: « On ne va plus organiser de stages dans les lieux et les pays à risque. Il y aura une labellisation des sites. Aucun stage individuel d’un athlète dans des lieux non répertoriés par la FFA ne sera subventionné par la Fédération ou les aides personnalisées. On ne peut pas s’opposer à la liberté de programmation d’un athlète, par contre on va toucher le porte-monnaie », a annoncé André Giraud, le président de la FFA.

Quant au Directeur Technique National français, Patrice Gergès, il pointe directement du doigt un des fiefs de la FRMA: « On parle d’Ifrane comme d’un lieu où il est possible de se procurer rapidement des substances illicites ».

Des accusations très graves qui interrogent sur la responsabilité d’Abdeslam Ahizoune, président de la Fédération royale marocaine d’athlétisme depuis plus de 12 ans . Le site d’Ifrane est aujourd’hui sur la liste noire de la Fédération Française d’Athlétisme et certains observateurs n’hésitent pas à parler de plaque tournante du dopage pour qualifier la ville de l’Atlas marocain.

Pour rappel, l’Agence Mondiale antidopage a enregistré, entre 2010 et 2015, cinq cas d’athlètes marocains utilisant des produits interdits.

Lire la suite …

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here