Assises de l’Agriculture annulées à la veille du SIAM, faux départ pour le Plan Maroc Vert II ?

0
107

Aziz Akhannouch, guide de Mohammed VI lors de la visite du souverain dans une ferme pilote à Sefrou, le 15 avril 2013 .

Cette année, les Assises de l’Agriculture n’auront pas lieu à la veille du SIAM qui s’ouvre le 16 avril à Meknès. Cette édition devait pourtant être celle de la présentation d’une nouvelle stratégie pour le monde rural, commandée par Mohammed VI à Aziz Akhannouch en octobre dernier, et confiée à un cabinet de consulting.

Aziz Akhannouch, ministre de l’Agriculture, de la Pêche maritime, du Développement rural, des Eaux et forêts, a annoncé [en avril 2018] qu’il sera procédé à une évaluation du Plan Maroc Vert (PMV) lors de la 11e édition des Assises nationales de l’agriculture de l’année prochaine dans la capitale ismaélienne”, rapportait Aujourd’hui le Maroc fin avril 2018.

Or, TelQuel apprend de sources concordantes qu’il n’y aura pas cette année d’Assises de l’Agriculture à la veille du Salon international de l’Agriculture de Meknès (SIAM) qui s’ouvre le 16 avril. Selon nos informations, une réunion doit se tenir le 9 avril au ministère de l’Agriculture pour entériner cette décision. Selon d’autres sources, ces Assises, dont la tenue n’avait pas été officiellement annoncée, pourraient en fait se tenir en septembre, au moment du lancement de la campagne agricole.

Commande royale

C’est que depuis avril 2018 et le projet d’Aziz Akhannouch de faire un bilan de son plan stratégique pour l’agriculture lancé il y a dix ans, la donne a changé. Le 19 octobre dernier, le roi Mohammed VI recevait en effet son ministre au palais royal de Marrakech pour lui “réaffirmer l’importance d’intégrer les questions de l’emploi et de la réduction des inégalités et de lutte contre la pauvreté et l’exode rural au cœur des priorités de la stratégie de développement rural”. Dans la foulée, “le ministre de l’Agriculture a été chargé par Sa Majesté le Roi d’élaborer et de soumettre à la Haute Attention Royale une réflexion stratégique globale et ambitieuse pour le développement du secteur”, rapportait un communiqué du cabinet royal.


Mohammed VI recevant le 19 octobre 2018 au Palais Royal de Marrakech, Aziz Akhannouch .

Depuis, le ministère de l’Agriculture a mandaté fin janvier le cabinet Boston Consulting Group (BCG) pour mettre sur pied un “Plan Maroc Vert II” ou en tout cas une stratégie pour le développement de la classe moyenne agricole. C’est déjà BCG qui avait opéré en 2015 une “réorientation” du PMV élaboré en 2008 par McKinsey.

Le Plan initial comprenait deux piliers. Le deuxième prévoyait déjà le développement du monde rural. “Avec ses imperfections, le plan a lancé les bases d’une industrialisation et une amélioration des indicateurs de performance”, nous expliquait une source au fait du dossier. Elle reconnaissait néanmoins : “Avec le PMV, on comptait sur un ruissellement; que les gros agriculteurs aident à l’enrichissement. Ça n’a pas forcément eu lieu”.

La mission confiée par le roi à Aziz Akhannouch serait donc de “plus travailler sur l’homme”. Pour le dire clairement, le PMV a profité aux grands agriculteurs (pilier I), moins aux petits exploitants qui constituent pourtant la majorité du monde rural (pilier II). Dix ans après son lancement, et à deux ans de son échéance, ce plan qui a nécessité 40 milliards de dirhams de subventions publiques n’a fait l’objet d’aucun audit indépendant rendu public.

Selon nos informations, BCG a récemment rendu une nouvelle copie avancée, dans les temps pour qu’elle soit présentée lors du SIAM. “C’est dans cette voie que la thématique — “L’agriculture, levier d’emploi et avenir du monde rural” — a été choisie cette année pour le salon”, nous explique Jaouad Chami, commissaire du SIAM.

C’est aussi dans cette perspective que la Suisse a été choisie comme invité d’honneur, ajoute-t-il, car ce pays est l’un de ceux affichant le revenu agricole moyen le plus élevé au monde. Des signatures de conventions bilatérales sont en outre prévues avec la Suisse, qui sera représentée par son secrétaire d’Etat à l’Agriculture, lui-même issu du milieu rural. Grand-messe et vitrine médiatique annuelle pour Aziz Akhannouch, le SIAM 2019 devait surtout être celui du bilan du PMV I et du lancement du “PMV II” — dont le nom n’est pas encore connu.

“Sollicitude royale”

Reste que pour être présentée, cette stratégie commandée par le roi doit recevoir la validation du Palais. On se souvient que la dernière stratégie sectorielle présentée par le gouvernement au roi, sur la formation professionnelle, avait connu quelques remous avant d’être adoptée.

La présence du roi Mohammed VI au SIAM fait d’ailleurs l’objet de toutes les spéculations. “Ça serait pour nous une autre bénédiction, en plus de celle de la pluie qui est en train de tomber en ce moment,”déclare Jaouad Chami. “La visite de Sa Majesté est toujours un évènement qui donne beaucoup de souffle à un projet. Quelles que soient les situations, on prépare toujours avec le paramètre de la présence de Sa Majesté,” ajoute-t-il, précisant qu’en 13 éditions le SIAM a été inauguré à deux reprises par Mohammed VI.

Sur le site du SIAM, cette composante fait l’objet d’un onglet dédié intitulé “Sollicitude royale”. Selon nos sources, une inauguration royale arrangerait bien les affaires d’Aziz Akhannouch qui s’apprête à entamer une semaine de salon au contact d’agriculteurs quelque peu inquiets du niveau de pluviométrie…

Lire la suite …


LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here